logo_nom_iletaitunephrase_copie.jpg

Notre clinique: "Il était une phrase"

 Nos orthophonistes

Nos orthophonistes sont spécialisées dans l'évaluation et le traitement des troubles du langage oral et écrit. Nous sommes en mesure d'aider les jeunes qui présentent plusieurs types de troubles affectant leur communication.

logo_bonhomme.pnglogo_livre.png

La raison d'être de la clinique "il était une phrase" est intimement liée à notre désir d'aider votre enfant dans toutes les sphères de son développement langagier. Pour ce faire, nous travaillons avec vous, les parents, afin de vous guider et vous outiller tout au long de sa réadaptation en orthophonie. Nous misons sur le plaisir d'échanger et d'apprendre avec l'enfant, par le jeu et par l'humour. Votre bien-être familial demeure notre première préoccupation dans toutes nos interventions.

dsgn_1436_box_1.jpgdsgn_1436_img_1.pngdsgn_1436_box_1.jpgdsgn_1436_box_2.jpgdsgn_1436_button0_p.jpgARROW-RIGHT_2174.PNGARROW-RIGHT_2174.PNGARROW-RIGHT_2174.PNGARROW-RIGHT_3799.PNG

Dysphasie

aabfille-garcon.pngdsgn_1436_img_1_8900.png

Impacts pour l'enfant: La dysphasie cause de la frustration pour l'enfant qui ne parvient jamais à s'exprimer ou à comprendre facilement. La communication est toujours difficile, et cela peut avoir des répercussions sur le comportement (agressivité, expression des émotions, relations avec les amis), sur les apprentissages scolaires (expression orale et écrite, compréhension de textes, apprentissage des mathématiques) et sur le développement personnel et social (estime de soi, anxiété, relation d'amitié, gestion des conflits)  

INFORMATIONS SUR LES DIFFÉRENTES PROBLÉMATIQUES AFFECTANT LE DÉVELOPPEMENT DU LANGAGE ET DES APPRENTISSAGES

Vous trouverez dans cette section quelques explications sur les troubles les plus connus et leurs impacts sur le développement de l'enfant. Sachez toutefois que chaque enfant est unique, et que plusieurs combinaisons de troubles sont possibles. 

Un enfant dysphasique, c'est comme un enfant qui n'a pas de langue maternelle, et qui doit apprendre la langue de l'environnement comme si c'était une langue seconde.

Dyspraxie

La dyspraxie développementale est un trouble neurologique qui touche la programmation automatique des mouvements. On distingue plusieurs sortes de dyspraxies. Essentiellement, retenons qu'il y a les dyspraxies visuo-motrices (qui incluent différentes sous-catégories) et qu'il y a la dyspraxie verbale/orale. 



La dysphasie (ou trouble développemental du langage) est un trouble neurologique qui empêche le développement normal du langage chez l'enfant. Les manifestations observables touchent soit les habiletés d'expression (prononciation, phrases, discours, vocabulaire), soit les habiletés de compréhension (analyse du message, des concepts, mémoire, raisonnement, abstraction) ou encore les deux.

La dyspraxie verbale/orale induit pour sa part un développement anormal de l'apprentissage automatique des mouvements de la parole (synchroniser le mouvement des lèvres, de la langue, la vibration des cordes vocale, la nasalité, etc.) ce qui empêche l'enfant de développer facilement la prononciation des mots.





Les dyspraxies visuo-motrices induisent un développement anormal des apprentissages des différents mouvements corporels (ex: s'habiller, marcher, se laver, nager, faire du vélo, écrire...)

dsgn_1436_box_2.jpgdsgn_1436_button0_p.jpg

La dyspraxie est rarement présente isolément chez l'enfant. Elle est souvent accompagnée d'un autre trouble: par exemple la dysphasie, la dyslexie, la dysorthographie, le TSA, le TDA(H), etc.

dsgn_1436_img_1_8900.pngdsgn_1436_box_1.jpgdsgn_1436_box_1.jpg

Impact pour l'enfant: 

La dyspraxie visuo-motrice rendra difficile l'apprentissage de plusieurs mouvements nécessaires à l'enfant, par exemple la marche, l'habillage, l'équilibre, la propreté, le vélo et les sports, le dessin, la calligraphie, l'alignement des chiffres pour le calcul, etc.


La dyspraxie verbale/orale rendra difficile la production des sons liés à la parole et nuira à l'apprentissage même du babillage, des bruits des animaux, des premiers mots qui seront le plus souvent minimalistes (le plus souvent seulement des voyelles, une seule syllabe, etc.)


Sans_titre-1.pngSans_titre-1.pngdsgn_1436_button0_p.jpg

Dyslexie

Dysorthographie

ARROW-RIGHT_2174.PNG

TDA (H)

ARROW-RIGHT_2174.PNG

TSA 

ARROW-RIGHT_2174.PNG

Dyscalculie

120px-Speech_typing.png

La dyslexie est un trouble du langage, une perturbation neurologique, le plus souvent héréditaire qui perturbe l'apprentissage de la lecture. Dys = difficulté, Lexie = lecture. L'enfant dyslexique apprend à lire très difficilement, il tente de deviner les mots et ne se rend pas compte de ses erreurs ou encore il bloque sur une lecture syllabique et ne peut pas bien saisir le sens des mots lus. En bref, il n'arrive pas à reconnaître rapidement les mots qu'il tente de lire, et ainsi, c'est difficile pour lui de comprendre. Souvent la lecture de mots isolés (listes de mots) est même plus difficile que la lecture d'un petit texte, puisqu'il ne peut pas compenser par le sens ou les images pour deviner.

Sans_titre.jpgx-puzzle_0.jpgbike_siloutte.jpg

Lorsque les bonnes interventions sont effectuées tôt dans l'apprentissage de la lecture et que du soutien technique est mis en place pour l'enfant dyslexique, celui-ci arrive le plus souvent à bien compenser le trouble qui semble d'ailleurs s'atténuer en vieillissant. Les récentes recherches démontrent également que l'utilisation des aides technologiques augmente les habiletés de reconnaissance rapide des mots et la rapidité de la réadaptation en lecture. 

La dysorthographie est également un trouble du langage, une perturbation neurologique qui nuit cette fois à l'apprentissage de l'écriture, particulièrement de l'orthographe. Tous les enfants dyslexiques sont aussi dysorthographiques, mais certains jeunes peuvent être dysorthographiques sans pour autant être dyslexiques, ce qui est plus rare. L'enfant dysorthographique apprend toujours plus difficilement à écrire.



Plus jeune, il oublie ou inverse souvent les sons et les lettres (ex: poule = buol,  avec = acve, carte = cat, encore = ancor). Il sépare souvent ses mots à des endroits inattendus (ex: jème maser = j'aime ma soeur). C'est très difficile pour l'enfant dysorthographique d'apprendre certaines règles qui sont pourtant intuitives chez tous les autres élèves (ex: m devant p,b; qu devant e,i...) il ne saisit pas non plus que certaines lettres sont "rares", il peut mettre des K ou des Z plus souvent, même des Ç... De la même façon, il peut écrire des suites de lettres impossibles en français, parce qu'on dirait qu'il ne voit pas ce qui est "normal" de ce qui ne l'est pas, ex: jiraf, tass, qurapo, nèje...


En vieillissant, certains mots d'usage courant finissent par s'intégrer, mais tous les nouveaux mots demeurent problématiques. Le "pourcentage" d'erreurs d'orthographe est beaucoup plus élevé que ses collègues de classe, même s'il semble étudier parfois plus que tout le monde... Il ne semble jamais retenir les lettres muettes, et ne sait pas quelle lettre choisir dans les mots: an ou en? un L ou deux L? La plupart tenteront encore d'écrire "aux sons". Ces enfants sont aussi doués pour inventer une nouvelle façon, toujours plus originale, pour écrire les mots. Le même mot peut aussi être écrit différemment dans le même texte (ex: corbeau, corbo, crobau, caurbo, etc.) L'enfant dysorthographique est aussi souvent "fatigué" lorsqu'il écrit. Écrire lui demande beaucoup d'énergie, se relire, encore autant. C'est donc aussi parfois difficile pour lui de faire des belles phrases complètes et d'analyser son texte pour faire des liens entre ses idées, etc.





dsgn_1436_button0_p.jpgdsgn_1436_button0_p.jpg

Avec des bons outils technologiques sur la tablette ou l'ordinateur, l'enfant dysorthographique arrive à faire moins d'erreurs. Il entend ce qu'il écrit et voit les différents choix possibles. Comme il voit plus souvent les mots bien écrits, son cerveau enregistre la bonne image des mots au lieu d'enregistrer les erreurs.

kid-computer-sml_9876.pngwhite-speech-bubble-md_7798.png

Attention, un enfant dysphasique a beaucoup plus de chance d'être aussi atteint de dyslexie, dysorthographie et dyscalculie...

Il est souvent difficile pour les intervenants de départager ce qui relève de la dyslexie ou dysorthographie chez l'enfant qui présente d'autres troubles, particulièrement pour les enfants atteints de TDA(H) ou de dysphasie/dyspraxie.  


Pour bien comprendre ces distinctions, il faut bien connaître ces troubles, car les manifestations sont différentes. Sachez que malgré les apparences, un enfant qui n'arrive pas à offrir le rendement souhaité, lorsqu'il est bien soutenu par ses parents et son milieu scolaire, ne peut pas être seulement "paresseux". Tous les enfants veulent réussir, il faut agir assez tôt lorsqu'ils vivent des difficultés pour ne pas qu'ils se découragent face aux échecs répétés. Sinon, la motivation du jeune peut se détériorer et l'entraîner vers des comportements non aidants (abandon, nonchalance, opposition, passivité, faible estime de soi, dévalorisation, culpabilité, agressivité, etc.) N'oubliez pas que, normalement, l'apprentissage de l'écriture et de l'orthographe se fait par simple exposition fréquente aux livres et aux mots. Ce n'est donc pas normal d'investir beaucoup plus d'énergie dans les travaux, les études ou les devoirs et de ne pas obtenir les résultats escomptés.

L'ergothérapeute est la personne la mieux qualifiée pour aider l'enfant atteint d'une dyspraxie visuo-motrice. Elle agit également, de pair avec l'orthophoniste, pour aider ceux qui présentent une dyspraxie verbale/orale.

La dyscalculie est un trouble d'apprentissage encore méconnu associé aux troubles numériques et  logico-mathématiques. Il s'agit d'un trouble neurologique qui affecte l'apprentissage des habiletés dans le traitement des chiffres et des nombres, l'arithmétique ainsi que des habiletés de raisonnement logique nécessaire à la résolution des problèmes. L'enfant dyscalculique peut avoir plusieurs difficultés parmi les suivantes :

featured.pngMaths.png

Des difficulté à passer du nombre "dit" au nombre "écrit" et vice-versa.  

Des erreurs fréquentes dans le dénombrement des objets ou dans l'estimation des quantités.  

Des difficultés à établir les comparaisons entre des nombres (plus grand, plus petit, celui entre...) et également à comprendre l'ordre des nombres sur une droite numérique.  

Des difficultés à comprendre l'heure et le fonctionnement du temps (horloge, calendrier).

Des oublis ou des confusions fréquentes entre les termes mathématiques et les opérations associées (unité, dizaine, centaine, valeur, position, aire, périmètre, volume, prisme, arrondir, additionner, soustraire, diviser, multiplier, etc.)

Des difficultés à apprendre ses tables ou à calculer mentalement.

dsgn_1436_button0_p.jpg

La dyscalculie, même si elle peut aussi être isolée (rarement), est très souvent présente chez les enfants dyspraxiques, dysphasiques ou dyslexiques.  Si en plus l'enfant est atteint d'un TDA(H), les situations de handicaps seront encore plus présentes compte tenu des difficultés liées à la planification de la tâche, l'activation, l'impulsivité et aussi l'inhibition des mauvais choix... 

dsgn_1436_img_6.png

Compte tenu de l'ensemble de ses difficultés, l'enfant dyscalculique a aussi toujours des difficultés à mobiliser toutes ses connaissances pour comprendre et résoudre un problème mathématique. En effet, il semble vite perdu dans sa démarche, ne sais pas toujours quelle opération choisir, il oublie même parfois pourquoi il est en train de faire son calcul... 

Des difficultés à retenir les procédures de calculs (comment faire l'addition, les retenues, comment soustraire, diviser, multiplier, comment arrondir, comment transférer d'une mesure à l'autre (ex: de m à km, de ml à L, de fraction à décimales...)

dsgn_1436_img_1_8900.png

Impact pour l'enfant: 


La dyslexie, dysorthographie et dyscalculie ont presque toujours un impact négatif sur l'estime de soi. Les enfants qui en sont atteints sont plus portés à croire qu'ils sont moins intelligents que les autres, ce qui est faux. Ils se sentent souvent inférieur et peuvent éviter de demander de l'aide à cause de la honte qu'ils ont d'être "en difficultés scolaires". 



animated-mouth-300.gifgraphics-pencils-354945.gif93731.pngdsgn_1436_button0_p.jpg

Voici le trouble déficitaire de l'attention, avec ou sans hyperactivité...


Il s'agit d'un trouble aux multiples facettes, qui interfère grandement avec le développement de l'enfant. Cette atteinte neurologique se définit comme une difficulté persistante à gérer son attention et sa concentration, c'est à dire que l'enfant présente, par exemple:


des difficultés à contrôler ses pensées (inattention): 

Il pense à plusieurs choses en même temps...

Il a de la difficulté à organiser son discours... 

Il a de la difficulté à s'organiser dans son travail...

Il oublie ou perd ses choses, ses idées...

Il est facilement distrait par l'environnement autour.

Il saute d'un sujet à l'autre dans la conversation...

Il est hypnotisé par les écrans en tout genre

Il semble parfois hyper absorbé par quelque chose qui l'intéresse, au point d'oublier ce qui se passe autour de lui.

des difficultés à contrôler ses actions (hyperactivité):

Il bouge beaucoup, lorsque ce n'est pas le moment...

Il touche à tout même ce qui lui est interdit...

Il parle beaucoup, crie, ou coupe souvent la parole...

Il contrôle mal ses émotions: crises de colère, larmes...

Il met en actions des idées... disons inadéquates!




120.gif

Pour plus d'informations, nous vous recommandons de visiter le site suivant :

http://www.attentiondeficit-info.com/

apple0008_2660.gifpinwheel.gifbg_21.png

Le TDA(H) est aussi en relation directe avec les fonctions exécutives neurologique, soit avec les capacités :


- d'inhibition (s'empêcher de...)

- d'activation (se mettre en action)

- de mémorisation

- de flexibilité et mise à jour

(accepter les changements et s'adapter) 

- de planification (s'organiser) 


laobc_Silhouette_of_a_brain.pngtornado-md.png

L'enfant qui a un TSA (trouble dans le spectre de l'autisme) est un enfant très vulnérable. Il a de la difficulté à s'adapter à son propre corps et des difficultés à comprendre son environnement. De ce fait, il est toujours plus anxieux et son comportement parait souvent bien étrange ou déplacé. 

C'est difficile pour lui de comprendre son propre corps...


Toutes les sensations corporelles (internes ou externes) sont difficiles à reconnaître au départ. Petit enfant, il ne saisit pas comme tout le monde les 5 sens, ou la faim, la soif, l'envie d'aller au toilette... Il peut regarder différemment (ex: de côté, en vision périphérique) ou être complètement absorbé dans l'observation des effets visuels (lumières, mouvements) au point d'oublier tout le reste. Il lui est aussi difficile de gérer plusieurs stimuli à la fois, alors parfois il préfère s'isoler pour mieux contrôler et intégrer les sensations. 



bg_21.pngbg_21.png

C'est difficile pour lui de comprendre les autres

personnes et l'environnement autour de lui...


L'interaction entre les êtres humains est beaucoup plus complexe que l'on pourrait le croire... L'enfant TSA a des difficultés à comprendre ces interactions, à quoi elles servent, quand et comment on communique, pourquoi on change notre façon de s'exprimer selon le contexte, pourquoi il y a des émotions et comment on les décode... On retrouve à la base des difficultés dans le désir de communiquer et, parallèlement, dans les moyens à prendre pour le faire. Il n'y a pas de règles fixes pour interagir avec les autres, mais des milliers de façons de le faire. L'enfant TSA cherche à comprendre la communication comme si c'était une mécanique à décoder, ou une série de règles définies. Il aura besoin de beaucoup de temps et d'expériences pour comprendre toutes les subtilités de l'interaction humaine.


Pour la plupart d'entre nous, cet apprentissage se fait de façon plus ou moins intuitive, automatiquement avec la maturité. Pour l'enfant TSA, c'est le contraire. Il devra tout apprendre, un peu comme un visiteur inconnu dans son propre monde: les multiples significations des mots, les expressions une à la fois, les différentes façons de dire, le tact et la politesse... Malgré cela, il restera toujours maladroit dans sa compréhension des autres et dans sa façon d'interagir. 


L'enfant TSA perçoit aussi l'environnement "autrement". Contrairement à la majorité de ses amis, il percevra d'abord les détails avant de percevoir l'ensemble autour de lui. Les objets attirent aussi beaucoup plus facilement son attention plutôt que les humains, du moins lorsqu'il est plus jeune. 

  

dsgn_1436_img_1_8900.png

L'enfant atteint de TDA(H) est un enfant qui a souvent une faible estime de lui-même. Comme il est puni plus souvent dans sa famille ou à l'école, il se croit "moins" que les autres. Ce sentiment d'infériorité peut rapidement déclencher des difficultés de comportement... 


Contrairement à l'enfant TSA, l'enfant hyperactif est tout à fait en mesure de comprendre le monde autour de lui, mais il a toujours l'impulsion de faire les choses différemment, il est souvent plus rebelle, mais aussi plus créatif. Il sait ce qui est bien ou mal, ce qui est interdit ou ce qui dérange les autres, mais c'est souvent difficile pour lui de suivre la raison ou la logique (il suivra plutôt son désir, son impulsion). Il connait la plupart du temps les conséquences de ses choix, mais cela ne suffit pas toujours à l'arrêter... Apprendre à se conformer est un apprentissage souvent long et difficile, tant pour l'enfant TDAH que pour sa famille.   




Ainsi, même s'il entend bien, souvent les sons ne font pas de sens tout de suite pour lui. Les mots ne sont pas compris, les phrases et les consignes peuvent être mal interprétées. Il restera souvent fixé sur une seule interprétation des mots, ou répétera en boucle certaines phrases ou publicités. C'est un peu comme si le langage était pour lui comme une programmation informatique à bâtir.  




En bref, c'est souvent tout le développement qui en est affecté (motricité, langage, propreté) malgré une intelligence bien souvent adéquate. En vieillissant, quelques aspects physiques ou moteurs peuvent se normaliser, mais la communication demeure toujours un peu atypique.

5_sens-300x300.jpgchildren16.gifembrace_the_world_clip_art_22786.jpg

Pour plus d'informations sur la dyslexie, consultez le document préparé spécialement à cet effet en cliquant sur le lien suivant:

 La dyslexie, quoi faire (...) ?

Vous avez besoin d'aide pour numériser les textes scolaires? Mieux comprendre comment la qualité de la numérisation peut influencer la lecture à l'ordinateur? Consultez notre partenaire: http://www.ABBMConseils.com

 

dsgn_1436_img_1_8900.png